Fake news : quand ce sont les journalistes qui font le boulot…

Spread the love

« Vous êtes journaliste et vous relayez ça ? ». 

Dans l’émission de Laurent Ruquier, On n’est pas couchés, l’ex-ministre de l’enseignement, Najat Vallaud-Belkacem s’en est prise à la journaliste Vanessa Burggraf qui l’accusait d’avoir mené une réforme de l’orthographe.

Visiblement mal préparée sur le fond, Vanessa Burggraf tenta de se justifier,  en citant l’exemple des dictées réalisées dans l’école de sa propre fille, dans lesquelles les professeurs suppriment les tirets ou demandent à ce que « oignon » soit écrit « ognon ». Avant d’enchainer :

– « Donc tout ça, c’était un mensonge ? »

– « Mais évidemment ! Tout comme je n’ai pas imposé l’apprentissage obligatoire de l’arabe au CP ! Vous y avez aussi cru ? », riposte l’ex-ministre.

– « Mais vous y étiez favorable… » répond la journaliste, comme pour donner du crédit à cette seconde rumeur

– « Ça fait trois ans que je suis sujette à tous les fake news, à tous les mensonges, toutes les insanités de la terre. Et vous, vous êtes journaliste, et vous tombez dedans, et vous relayez ça ! Mais vous comprenez que je suis furieuse ! »

Najat Vallaud-Belkacem a raison d’être furieuse, et nous avec.

Les journalistes sont là pour éclairer les débats, pas pour relayer les propos qu’ils peuvent lire ça ou là, ou leur impression suite à une expérience personnelle (ça c’est le boulot des blogueurs ! 🙂 ).

Sinon, comment faire la différence entre un propos sur un site complotiste et la réalité ?

En portant crédit et en propageant des fake news, Vanessa Burggraf a commis une faute qui ternit l’image de la chaine publique, discrédite sa profession, et abime le débat démocratique (qu’on le veuille ou non, l’émission est tout de même suivie par 1,5 millions de spectateurs chaque samedi soir). C’est une faute lourde qui ne doit pas rester sans réponse.

Laurent Ruquier annonçait il y a peu que Vanessa Burggraf et Yann Moix seraient prolongés pour la prochaine saison. J’espère que, devant cette faute, il en tirera les conséquences et demandera à sa journaliste de céder sa place à quelqu’un d’un peu plus professionnel. Il y a plein de journalistes sérieux dans la place qui cherchent à travailler. Il n’aura pas de mal à la remplacer…

Si, au-delà de la polémique, vous souhaitez des explications sur cette réforme de l’orthographe datant de 1990 et mise en œuvre sur certains manuels depuis des années, je vous renvoi vers cet article de LCI.

Une pensée sur “Fake news : quand ce sont les journalistes qui font le boulot…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *